Nous sommes un groupe d’étudiants, composé de 6 personnes, Léo, Anaïs, Léa, Marie, Louise et Audrey. Nous provenons tous de milieux différentsPrépa, DUT ou Fac, et nous souhaitons nous exprimer sur la représentation de la femme au sein de notre société. Pour cela, nous avons décidé de nous exprimer à travers le thème de « la presse féminine ». 

 

Ce sujet fut unanime pour nous car nous avons remarqué qu’il y a beaucoup de choses à dénoncer dans le milieu de la presse, et plus particulièrement au sein de la presse féminine. 

  

Dans un premier temps nous avons choisi ce thème pour parler des inégalités qui existent dans notre société actuelle entre les hommes et les femmes, plus particulièrement dans le secteur de la presse féminine, secteur très puissant dans le monde de la presse, afin d’observer l’image qu’elle diffuse des femmes.  

Cependant, nous aurions aussi très bien pu choisir la presse masculine pour observer ces mêmes particularités. Pour cela, nous vous renvoyons vers la rubrique … de nos collègues. 

 

Dans le secteur de la presse féminine, plusieurs questions se posent tant dans le fond que dans la forme. Ces problématiques sont présentes au sein des magazines tout comme dans la direction de ces journaux. Nous avons pu observer trois grands problèmes qui sont pour la plupart récurrents.  

 

En fonction de la période de l’année, plusieurs thèmes reviennent au sein de la presse féminine. Par exemple avant l’été, il est possible de retrouver les mêmes conseils dans tous ces différents magazines, pour avoir la plus jolie peau, la plus belle courbe de taille et les mêmes conseils pour trouver l’amour au bord de la plage, pendant les vacances.  

 

 

Ensuite, il est possible de voir que l’image de la femmequi est renvoyé à travers ces magazinesest nettement différente des femmes d’aujourd’hui. Beaucoup de femmes se sentent rejetées par ces derniers car elles n’arrivent pas à s’y identifier ; soit parce que les mensurations sont utopiques, soit parce que la teinte de la couleur de peau n’est trouvable sur aucun nuancier. Cette idéalisation de la femme les pousse à se conformer au diktat de la beauté, ce qui créé chez elles des complexes. 

 

Cependant, le problème n’est pas que visuel. Il est également dans l’envers du décor, au sein de la rédaction de ces magazines. Pour la plupart, ces derniers sont dirigés par des hommes mais nous reviendrons sur cette problématique lors d’un prochain article. 

 

Mais, alors une femme doit-elle seulement se définir à cela ? Nous, nous sommes contre et c’est pour cela que nous avons choisi ce thème, pour essayer de faire changer les mentalités et vous faire prendre conscience, chères lectrices, chers lecteurs, qu’il faut changer les choses 

 

Pour étendre notre visibilité nous avons choisi un logo impactant. Dans ce dernieril est possible d’observer différents éléments. La base du logo est le symbole du féminisme, mais nous avons souhaité nous l’approprier en ajoutant le sigle masculin car nous prônons légalité, ce sera le fil rouge de notre projet. On peut aussi y observer le journal, qui représente le domaine dans lequel nous nous sommes engagés.  

 

Ainsi, notre mission est simple : vous faire prendre conscience du réel enjeu qui se trouve encore dans ce type de presse, de les dénoncer et de faire évoluer les choses vers une presse féminine qui se voudrait réaliste et à l’image de la femme du XXIème siècle, c’est-à-dire une femme active, qui travaille et qui ne se définit pas par les critères sociaux et les diktats de la beauté !